Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Utilisations de nanomatériaux

Matrice des utilisations des nanomatériaux : but, inclusions et constatations

But et inclusions

Toutes les données pertinentes sur les utilisations de la nanotechnologie qui ont été recueillies dans le cadre de l’Initiative sur la nanotechnologie du Conseil ont été utilisées afin de créer une matrice des utilisations des nanomatériaux, laquelle rassemble les renseignements les plus récents dont disposent les Programmes Canada‑États-Unis sur un large éventail de nanomatériaux connus et disponibles sur le marché. Les données ont été puisées dans diverses sources, comme il est indiqué aux sections 2.0 et 3.0, y compris dans les renseignements des programmes canadiens et américains de réglementation, les renseignements publiquement disponibles et les renseignements de tiers (tels que le rapport de Future Markets et la base de données de Nanowerk). De plus, les responsables des Programmes Canada-États-Unis ont entrepris une longue consultation auprès des intervenants de l’industrie afin d’alimenter la Matrice des utilisations des nanomatériaux. La matrice énumère les utilisations de nanomatériaux qui sont (probablement) offerts sur le marché  en ce moment ou qui le seront bientôt au Canada et aux États-Unis.

Le but d’élaborer la Matrice des utilisations des nanomatériaux était de constituer une base d’information commune sur les utilisations potentielles commercialement pertinentes des nanomatériaux au Canada et aux États-Unis au-delà de celles uniquement couvertes par les exigences en matière de substances nouvelles en vertu de la LCPE (1999) et du TSCA. Ces renseignements permettront aux responsables des Programmes Canada-États-Unis de mieux comprendre le potentiel d’exposition associé aux scénarios d’utilisation déterminés. Cela devrait permettre, d’une part, de centrer les efforts de collecte de renseignements des Programmes Canada-États-Unis sur ces utilisations qui ont le plus grand potentiel d’exposition et, d’autre part, de mettre au point des modèles génériques d’exposition. Toutefois, la Matrice des utilisations des nanomatériaux traitée dans ce document n’est pas, en elle-même, une liste de priorités ou une catégorisation des nanomatériaux préoccupants ou non préoccupants; elle ne se veut pas non plus une source d’information vérifiée et confirmée sur les applications de nanomatériaux ou les produits utilisant de la nanotechnologie sur le marché en ce moment.

Les responsables des Programmes Canada-États-Unis reconnaissent que les catégories d’utilisations dans la Matrice des utilisations des nanomatériaux mènent inévitablement à des chevauchements puisque certaines catégories représentent des secteurs d’application plus précis que d’autres. Par exemple, l’argent est utilisé à la fois dans les encres et dans l’électronique La matrice des utilisations continuera d’évoluer au fur et à mesure que les renseignements deviennent disponibles.

De plus, la matrice des utilisations comprend des renseignements sur les produits finaux qui vont au-delà des utilisations gérées en vertu des Programmes Canada-États-Unis étant donné qu’ils sont réglementés par d’autres lois (p. ex. les appareils médicaux, les médicaments, les produits cosmétiques, les matériaux pouvant venir en contact avec les aliments et les pesticides). . Les renseignements ont été intégrés pour toutes les utilisations connues ou déclarées de nanomatériaux afin d’estimer  l’exposition cumulative potentielle des travailleurs, de la population générale et de l’environnement résultant des utilisations industrielles prises en compte dans les évaluations des risques liés à des substances qui sont menées en vertu du TSCA ou de la LCPE (1999). Qu’une utilisation particulière soit assujettie ou non au TSCA, la connaissance des diverses applications d’un nanomatériau donné permettra aux responsables des Programmes Canada-États-Unis de comprendre la façon dont on vise à appliquer ses propriétés aux matériaux ou aux produits (p. ex. les propriétés antimicrobiennes des nanoparticules d’argent utilisées dans les textiles).

Pour terminer, certaines des sources tierces de renseignements sur les utilisations ne faisaient pas clairement la différence entre les utilisations commerciales connues et potentielles; la détermination d’un nanomatériau en particulier pour une utilisation particulière ne sous-entend pas que de tels matériaux ont subi les examens réglementaires pertinents. Il est important de remarquer que l’inclusion d’un matériau ou d’un produit final dans la matrice ne confirme pas que le matériau ou le produit final est actuellement utilisé à des fins commerciales, qu’il a subi les examens réglementaires pertinents ou qu’il a été approuvé ou inscrit par les autorités de réglementation pertinentes. L’inclusion du matériau ou du produit final dans la matrice des utilisations dépend  des renseignements disponibles à l’EPA et à Environnement Canada, ou ceux qu’ils ont recueillis, et comprend des renseignements non vérifiés puisés dans des bases de données publiquement disponibles. En outre, certaines des utilisations signalées figurant dans la matrice peuvent être associées à des utilisations réservées à des enquêtes  (plutôt qu’à des utilisations commerciales). Les responsables des Programmes Canada-États-Unis ont utilisé les renseignements sur l’étape du développement commercial, ainsi que leur meilleur jugement professionnel, pour décider d’inclure ou non une utilisation particulière pour un nanomatériau donné.   

Constatations de la Matrice des utilisations des nanomatériaux

La Matrice des utilisations des nanomatériaux est jointe à l’annexe 1. La figure 2 montre le nombre de nanomatériaux qui ont été trouvés par catégorie d’utilisation. Les catégories qui ont le plus grand nombre de nanomatériaux actuellement  utilisés  sont les revêtements, les dispositifs électroniques, les catalyseurs, les encres et les pigments, les plastiques, les piles, le caoutchouc, les céramiques et les peintures. Cette tendance est similaire aux utilisations relevées par les responsables des Programmes Canada-États-Unis à l’aide de leurs déclarations de nouvelles substances et de leurs déclarations de préfabrication.

Il faut remarquer que les renseignements sur les utilisations ne tiennent pas compte des volumes de production ou d’importation, car ces renseignements sont difficiles à obtenir. Les renseignements sur le volume pourraient être utilisés afin de mieux comprendre les diverses utilisations, ce qui permettrait de mieux alimenter les scénarios d’exposition. Par exemple, le secteur de l’électronique a une grande quantité d’utilisations de nanomatériaux indiquées dans la matrice, mais le volume total de nanomatériaux pourrait être très faible. À l’inverse, les nanotubes de carbone sont le seul nanomatériau utilisé dans la catégorie des articles de sport, toutefois il se peut qu’ils soient utilisés à des volumes élevés. La Matrice des utilisations des nanomatériaux ne comprend pas de renseignements précis sur l’identité moléculaire exacte d’un nanomatériau en particulier, ce qui peut modifier grandement le potentiel d’exposition.  

Une autre façon d’examiner les renseignements dans la Matrice des utilisations des nanomatériaux est de déterminer les classes de nanomatériau correspondant aux diverses utilisations. La figure 2 offre une répartition du nombre d’utilisations à l’intérieur de chaque classe de nanomatériaux. Les oxydes métalliques et les oxydes non métalliques sont les nanomatériaux les plus fréquemment utilisés, suivis par les substances organiques, les nanotubes de carbone, les métaux et les non-métaux, le carbone inorganique et les points quantiques. L’amélioration de la figure 2 par l’intégration de données sur le volume (une fois qu’elles seront disponibles) permettrait de mieux comprendre  l’importance relative des différentes classes de nanomatériaux au Canada et aux États-Unis.

Il peut y avoir, dans les figures 1 et 2, des chevauchements dans certains secteurs. Par exemple, certaines utilisations sont désignées par leur fonction (agents de stabilisation d’émulsion, agents ignifuges) alors que  d’autres sont liées aux produits finaux.

Figure 1 : Nombre de nanomatériaux par catégorie d’utilisation aux États-Unis et au Canada

Nombre de nanomatériaux par catégorie d'utilisation aux Étas-Unis et au Canada

Figure 2 : Nombre d’utilisations par classe de nanomatériaux aux États-Unis et au Canada

Nombre d'utilisation par classes de nanomatériaux aux Étas-Unis et au Canada